Les besoins changeants des clients – Oui, nous faisons des appels à domicile

Ayan, Lana, et Sam avec des échantillons pour le projet artistique à venir.

Les besoins changeants des clients signifient plus de travail à l’extérieur du bureau pour le personnel de Bruce House. Nous parlons souvent de l’évolution des besoins des personnes touchées par le VIH.  La plupart du temps, nous parlons de changements lents et graduels au fil des ans.  Parfois, cependant, nous constatons un changement rapide dans les demandes que nous recevons. Bruce House s’est toujours efforcée de s’adapter à ces changements, mais cela comporte des défis. Nous avons demandé à Ayan Jama (coordonnatrice de la gestion de la santé de la clientèle), Lana Duss (coordonnatrice du Programme de soutien à la vie autonome) et Sam Taylor (coordonnateur du Programme de réadaptation et de transition de soutien épisodique) ce qui avait changé dans leur travail quotidien. Qu’est-ce qui a changé ? Lana : Au cours des 18 derniers mois, nous voyons de plus en plus de personnes vieillir avec le VIH.  Cela peut s’accompagner d’une augmentation des problèmes de santé et d’une mobilité réduite.  Il est donc difficile pour les gens de sortir ou de naviguer dans les transports en commun, surtout en hiver. Sam : En l’absence d’un programme de maisons de transition à la Bruce House, nous avons plus de clients dans les établissements de vie avec services de soutien, du répit aux soins palliatifs. Ayan : L’approche » le logement d’abord » du gouvernement manque parfois les soutiens nécessaires pour garder l’individu logé ou lui permettre d’avoir une bonne qualité de vie. Nous avons besoin d’options plus appropriées pour les soins de longue durée. Lana : Pour certaines personnes ayant des problèmes de santé mentale, le système ne fournit tout simplement pas assez de personnel qualifié. Ayan : En raison de problèmes comme la stigmatisation liée au VIH et les traumatismes passés, certains clients ne se sentent pas en sécurité lorsqu’ils entrent dans un organisme de lutte contre le sida – ils peuvent éviter de venir à notre bureau. Les voir à la maison peut être le seul moyen de les aider.

Quels sont les besoins ? Sam : Je fais beaucoup de courses, surtout de l’épicerie, pour des gens qui n’ont ni les moyens ni les compétences pour commander en ligne et qui n’ont personne pour les aider.   Même pour les clients qui vivent quelque part avec des repas fournis, ils ont besoin d’articles personnels de base, de collations, etc. Lana : Il est de plus en plus courant d’amener les clients chez le médecin, pour des examens médicaux et des procédures. Parfois, cela est dû à des problèmes de mobilité ou au coût du voyage – et le transit n’est pas toujours une option selon le type de procédure. Les clients peuvent aussi avoir besoin de quelqu’un qui les accompagne pour les aider à interpréter les renseignements médicaux ou à défendre leurs intérêts. Les gens sortent souvent de l’hôpital avec peu de soutien, de la mise en place d’un suivi post-hospitalier à l’aide à l’achat personnel de produits de première nécessité pendant la convalescence.  Souvent, d’autres services sociaux ne sont pas en mesure de répondre à ces besoins. Ayan : Le soutien social et les vérifications du bien-être sont aussi très importants, et bien qu’ils puissent parfois se faire par téléphone, il est préférable de voir quelqu’un en personne.  Les formulaires longs comme l’admission d’un nouveau client doivent aussi être faits en personne, donc si le client ne peut pas venir nous voir, nous nous adressons à lui. Sam : Beaucoup de clients font face à d’importants obstacles financiers – certains ont aussi peu que 400 $ par mois pour répondre à tous leurs besoins une fois le loyer payé.   Cela signifie que le coût des taxis et du transport en commun peut être prohibitif.  La Maison Bruce offre des bons de taxi et des bons d’autobus lorsqu’ils sont disponibles (notre fonds d’aide aux clients dépend en grande partie des dons). Qu’est-ce que cela signifie pour vous, en tant que personnel du programme ? Occupé, occupé, occupé, occupé !  Il essaie de libérer du temps… il y a des clients sur ma liste que je me sens coupable de ne pas m’être présenté depuis longtemps.  J’aimerais avoir la possibilité de les appeler plus souvent, il se peut que je doive prendre le temps à la maison.  Mon emploi du temps est rempli de travail pour des clients qui ont des besoins constants et urgents.  Les temps de trajet par ce temps ont été un énorme problème.  Je déteste juste dire «non» mais je ne peux pas toujours répondre à toutes les demandes. Ayan : Je me sens parfois coupable de faire un travail qui n’aide pas directement les clients, mais ce travail est aussi important et fait partie de mon temps, comme l’élaboration de programmes et le soutien aux initiatives communautaires. Il se peut que je doive utiliser davantage le téléphone, plutôt que de me rendre sur place, pour m’ouvrir un peu de temps. Lana : J’ai aussi besoin de temps pour interagir avec les fournisseurs de logements et de services avec lesquels nous travaillons.  J’ai besoin d’être plus souvent au bureau pour aider les clients ici aussi.  Trouver et former plus de bénévoles dans le Programme de jumelage aidera, mais cela prend du temps et des ressources : ces bénévoles doivent être formés, jumelés à des clients et présentés à eux. Dans le cadre de son plan stratégique 2018-2021, Bruce House s’est engagée à revoir ses programmes existants, à évaluer les besoins des clients et à trouver les meilleurs moyens de répondre à ces besoins changeants et croissants.  Si vous souhaitez nous aider, veuillez envisager de faire un don ou de faire du bénévolat pour notre programme de jumelage.